Présentation de la démarche

De quoi parle-t-on ?

Qu’est-ce que l’Agenda 21 ?

Globe terrestreUn plan d’actions mondial…

L’Agenda 21 est un plan d’actions pour le développement durable adopté par 173 chefs d’État lors du sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, en 1992. Agenda signifie « ce qui doit être fait » et 21 pour XXIe siècle. L’Agenda 21 recense les progrès que l’humanité doit réaliser au XXIe siècle pour maintenir son développement économique et social dans le respect de l’environnement.

…divisé en une multitude d’actions locales

 L’Agenda 21 se décline également à l’échelle des collectivités territoriales : Région, Commune, Département, etc. Il n’y a pas de modèle imposé. Chaque collectivité réalise son programme d’actions en matière de développement durable en fonction des caractéristiques territoriales, des acteurs et de leurs attentes.


Le Développement Durable

La notion de développement durable est née en 1987 avec le rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, présidée par la norvégienne Gro Harlem Brundtland. Ce rapport fait écho aux réflexions impulsées par le Club de Rome qui, au début des années 1970, signalait déjà le danger que représente la croissance économique exponentielle du point de vue de l’épuisement des ressources, de la pollution et de la surexploitation des systèmes naturels.

Le développement durable correspond à un « mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Ces grands principes consistent à concilier les exigences de développement économique, du progrès social et de la préservation de l’environnement.

Le développement durable repose également sur une nouvelle forme de gouvernance, où la mobilisation et la participation de tous les acteurs de la société civile aux processus de décision doivent prendre le pas sur le simple échange d’informations. Le développement durable entend promouvoir la démocratie participative et rénover l’approche citoyenne.

En d’autres termes, il s’agit de répondre aux besoins de développement social, économique, culturel et d’épanouissement humain de tous les peuples de la planète tout en respectant les enjeux environnementaux cruciaux du XXIe siècle que sont les changements climatiques, la perte de la biodiversité et l’épuisement des ressources naturelles.

Pourquoi un Agenda 21 ?

Une action qui s’inscrit dans la continuité

La mise en place de l’Agenda 21 s’inscrit dans la suite logique de la charte municipale d’éco-responsabilité élaborée en mai 2006. Cette charte a abouti à des actions concrètes telles l’intégration de critères environnementaux dans la conception des bâtiments, l’utilisation de papier recyclé et le tri des papiers dans les services et les écoles, l’élimination progressive des produits phytosanitaires dans la gestion des espaces paysagers, la mise en place de conseils de quartier, l’aide à l’insertion professionnelle, etc.

Parallèlement à cette prise de conscience et à la généralisation de pratiques durables en interne, la Ville a incité les Troyens à s’approprier ces bons réflexes. Par exemple, 1350 composteurs individuels (43 % des foyers dotés d’un jardin de plus de 100 m2) et 526 récupérateurs d’eaux pluviales ont été mis à disposition des Troyens.


Une démarche volontaire

La déclaration du Sommet de la Terre de Rio (1992) reconnaissant l’importance fondamentale des collectivités locales dans l’application concrète du développement durable, le Conseil Municipal de Troyes décida d’élaborer un Agenda 21 le 30 mars 2009.

Cette démarche implique l’instauration d’un véritable dialogue avec les habitants, les associations locales et les entreprises privées afin de dégager une vision stratégique commune, locale et personnalisée ; et ce sur le long terme. La mise en place d’un plan d’actions local est une démarche volontaire, qui doit s’appuyer sur l’adhésion des élus et des services de la collectivité, aux valeurs prônées par le développement durable.

Élaboration de l'Agenda 21

Le diagnostic technique

La première phase de l’Agenda 21 fut la réalisation d’un diagnostic partagé du territoire par les élus de la Ville, les habitants, les partenaires institutionnels, les associations, les entreprises, etc.

Cette vision partagée découle du diagnostic technique réalisé au préalable par les services de la Ville. Ce document a servi de base de travail lors des concertations publiques réalisées d’avril à juin 2010.

En fait, l’objectif du diagnostic fut de dégager de grandes orientations qui servirent de base à la rédaction du plan d’actions de l’Agenda 21.


Un partenariat inédit avec les universités troyennes

Afin de mener à bien ce projet, la Ville de Troyes a souhaité s’entourer d’étudiants de différents établissements d’enseignements supérieurs. Le 23 novembre 2009, la Ville a ainsi signé une convention avec l’Ecole Supérieure de Commerce (ESC), l’Ecole Supérieure de Design et l’Université de Technologie de Troyes (UTT).

Une quarantaine d’étudiants ont travaillé sur l’Agenda 21 pendant deux ans. Ces étudiants sont intervenus à plusieurs étapes dans le champ de leurs domaines d’enseignement spécifiques.


La concertation

Six réunions publiques de concertation ont eu lieu au printemps 2010. D’autres rencontres ont été menées avec les Aînés, les Conseillers Municipaux Enfants (CME). De ce fait, vous avez été plusieurs centaines à exprimer vos attentes et vos priorités en matière de qualité de vie et de développement durable à Troyes.

Les modes de déplacement (vélo : pistes cyclables, sécurité, stationnement ; fréquence des lignes de bus et tarification) ; gestion des déchets (compostage, sacs de tri, recyclage, mode de tarification) ; l’énergie (bâtiments municipaux, éclairage public, isolation de l’habitat) ; la consommation responsable (marchés de produits locaux, commerces de proximité, bio dans les cantines scolaires) ; la cohésion sociale (accessibilité des handicapés, lieux d’échanges, chantiers d’insertion) ; la sensibilisation et la communication (actions dans les écoles, jardins éducatifs, sensibilisation au tri), sont autant de sujets qui vous sont chers.

Une réunion de restitution de la concertation a eu lieu le vendredi 17 septembre 2010 à l’Hôtel de Ville, en présence de Dominique Bourg, membre du Conseil National du Développement Durable et du comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot. Il est également bien connu des Troyens pour avoir enseigné la philosophie à l’Université de Technologie de Troyes.


L’élaboration du plan d’actions

L’élaboration du projet municipal de développement durable s’inscrit dans la continuité des actions déjà menées. Il initie et fédère l’ensemble des projets destinés à structurer le développement local, qu’il soit économique, social ou environnemental. L’objectif est à la fois de poursuivre et étoffer ces actions mais aussi d’identifier de nouveaux champs à explorer dans une démarche transversale.

L’Agenda 21 favorise la coordination de l’ensemble des actions de la collectivité dans une approche globale, permettant la mutualisation des moyens et la maîtrise des dépenses publiques.

Ce projet constitue un exercice de mise en cohérence des différentes compétences et obligations de la collectivité.