Vous êtes ici :

Novembre 2017 : 19 rue de Paris (19 avenue Pasteur)

Cotes archives : 4O372, 1F63, 1F66, 1F69, 1F72, 1F75, 1F81, 1F87, 1F94, 340W46, 423W19, 1K305, 1K308, 1K311, 1K314, 1K317, 1H90, 1H91, 1H96, 4H261, 4H287, 2H97, 1596W118, 1417W106, 1D66, 1D67

Sources bibliographiques : HUMBERT Jean-Louis, Troyes bourgeoises et ouvrières. Maisons du XIXème, édition Sauvegarde et Avenir de Troyes, Troyes, 2005, 80 p.

Au XIXe siècle, la ville de Troyes connait une période faste. Les villas, qui sont préférées aux hôtels particuliers car elles sont souvent bien plus adaptées et plus économiques, reflètent, par leur architecture et par leur décoration, la richesse de leur propriétaire et leur niveau social élevé. Ce genre de villas se situe sur les boulevards et les nouveaux quartiers, souvent aux abords ou à l’extérieur de la ville, qui offrent plus de superficie.

C’est ainsi qu’en 1912, Monsieur Auguste Edouard FEVRE décide de faire construire une villa au n°19 rue de Paris (actuellement avenue Pasteur). Pour cela il fait appel à un architecte local, Félix Bouton. Né le 21 septembre 1862 à Saint Martial-Le-Mont dans la Creuse, ce fils de maçon emménage avec ses parents dans l’Aube en 1872. D’abord employé-architecte, il devient architecte et possède son propre cabinet. Il est également membre de la Société des Architectes de l’Aube et conseiller municipal de Troyes de 1900 à 1904 et de 1908 à 1912.

Novembre-2017-facade-principale-19-rue-ParisVoir l'image en grand Plan de la façade principale à l’échelle 0.02 pm pour la construction d’une maison située au n°19 rue de Paris appartenant à Monsieur Fèvre. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 15 mars 1912. Papier bleu, 62.4x47.2cm. Cote archives 4O372

De type Art Nouveau, elle est construite en brique et en pierre. Elle est élevée sur un perron pour accueillir un rez-de-chaussée puis deux étages. La brique est utilisée pour les chainages d’angles et les jambages , la pierre en remplissage du mur.
La porte d’entrée principale au rez-de-chaussée, possède un linteau et un arc de décharge en plate-bande. Située dans le prolongement de son axe, on trouve une fenêtre géminée en arc plein cintre au premier étage ainsi qu’une lucarne en forme d’œil de bœuf au second étage. En dehors de cela, toutes les autres ouvertures ont un arc de décharge en arc surbaissé fait en petites briques. La toiture haute est de forme pyramidale, tronquée et à charpente apparente avec des ancres de cheminées qui portent les initiales du propriétaire.
Sous la charpente visible du toit, une petite frise horizontale, vraisemblablement en briques et entrecoupée par les fenêtres du premier étage, est prévue.

L’existence d’un sous-sol est attestée par la présence de deux soupiraux au niveau des murs de soubassement et par le plan de coupe mais son aménagement nous est inconnu.

Novembre-2017-facade-rue-jardin-19-rue-ParisVoir l'image en grand Plan de la façade sur rue et sur le jardin à l’échelle 0.02 pm pour la construction d’une maison située au n°19 rue de Paris appartenant à Monsieur Fèvre. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 15 mars 1912. Papier bleu, 66.6x48.2cm. Cote archives 4O372

Le perron à degrés adoucis permet l’accès à un long vestibule. Il est bordé sur sa droite, par un bureau et un salon, tous deux équipés d’une cheminée. Sur sa gauche, une salle à manger est aménagée, elle aussi est agrémentée d’une cheminée. Cette pièce est la seule qui permet d’accéder à une terrasse située dans l’angle à l’extérieur et qui mène au jardin par à un petit escalier. Un office, également accolé à la salle à manger, est le point de passage principal vers une cuisine et une petite courette, formant ainsi un puits de lumière naturelle jusqu’au dernier étage. Face au vestibule, un escalier à deux quartiers tournants gauche, sous lequel se trouvent des WC et un dégagement, conduit vers les étages supérieurs.

Le premier étage dispose de trois chambres, chacune bénéficie d’une cheminée et d’un espace toilette. Le palier permet également de profiter de plusieurs petites pièces destinées à être aménagées en dégagement, garde-robe, wc et salle de bain.

Le second et dernier étage, sous les combles, abrite trois chambres de dimensions un peu plus modestes. Seule l’une d’entre elles est munie d’une cheminée. Un espace toilette privatif est prévu pour deux des chambres et une pièce dédiée à la garde-robe est commune à tout l’étage. Le grenier et un wc sont affectés aux emplacements qui restent. Les ouvertures sont par ailleurs beaucoup moins grandes.

Novembre-2017-plan-masse-rdc-19-rue-ParisVoir l'image en grand Plan de masse à l’échelle 0.02 pm du rez-de-chaussée pour la construction d’une maison située au n°19 rue de Paris appartenant à Monsieur Fèvre. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 9 janvier 1912. Papier bleu, 49.2x66.9cm. Cote archives 4O372

Novembre-2017-plan-masse-1er-etage-19-rue-ParisVoir l'image en grand Plan de masse à l’échelle 0.02 pm du premier étage pour la construction d’une maison située au n°19 rue de Paris appartenant à Monsieur Fèvre. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 16 janvier 1912. Papier bleu, 47.7x64.6cm. Cote archives 4O372

Novembre-2017-plan-masse-2e-etage-19-rue-ParisVoir l'image en grand Plan de masse à l’échelle 0.02 pm du deuxième étage pour la construction d’une maison située au n°19 rue de Paris appartenant à Monsieur Fèvre. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 18 janvier 1912. Papier calque 43.2x59.6cm. Cote archives 4O372

Auguste Edouard FEVRE est un industriel en ganterie, né le 21 avril 1859 à Paris dans le Vème arrondissement. Il se marie à Troyes le 29 avril 1884 avec Caroline HUGUIER, née à Troyes le 14 août 1862. Le père de Caroline, Joseph HUGUIER, est un pharmacien domicilié 20, place de la Bonneterie. Lors du décès de ce dernier en 1924, le Conseil municipal décide de renommer la rue Saint-Nicolas en rue Huguier-Truelle, proche de sa dernière demeure.

Avant de faire construire sa maison, Auguste Edouard Fèvre habite au 8 Boulevard Victor Hugo. Il est père de cinq enfants, tous nés à Troyes : Germaine Augustine Béatrix le 29 janvier 1885, Etienne Auguste Henri le 13 janvier 1886, Auguste Adrien Léon le 25 octobre en 1887, Marcel Léonide Edouard le 14 juin 1892 et enfin Marie Berthe Alphonsine Germaine le 7 octobre 1896. Marcel, alors élève ingénieur en 1914, est envoyé dans la Somme pendant la Première Guerre mondiale, et meurt de ses blessures, le 21 octobre de la même année. Par conséquent, en 1921, seule Marie  vit dans la maison avec ses parents, tandis que le 8 boulevard Victor Hugo appartient toujours à la famille où l’on retrouve Etienne et Auguste, les deux ainés.

Auguste Edouard décède le 29 décembre 1924 à son domicile. Caroline FEVRE, devenue veuve, occupe la maison avec sa fille Germaine, ainsi que Mélanie et Colette DECOLLOGNE, ses petites filles, et Juliette AVIAT, leur domestique, née en 1888.

A la fin des années 1920 et au début des années 1930, Caroline FEVRE vit seule avec Moris BOURETTE né en 1904 à Ferminy, cuisinier-domestique. En 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate. La maison est réquisitionnée par le Allemands à partir du 15 mars 1941 jusqu’au 25 août 1944, date de la libération de Troyes. Caroline s’était alors réfugiée à Gueret dans la Creuse. Du 13 septembre au 2 novembre 1944 la maison est de nouveau réquisitionnée, cette fois-ci par les américains. La maison n’appartient plus à Caroline FEVRE, mais à l’un de ses fils qui revend la maison dans les années 1950 à un industriel dénommé Jean LEMOINE. Celui-ci s’y installe avec sa famille.

Dans les années 1990, la maison est revendue au Centre Hospitalier de Brienne le Château pour y accueillir un hôpital de jour. Fin 1997, le Centre Hospitalier de Brienne achète la parcelle du 21 avenue Pasteur pour y démolir la bâtisse existante. En 2000, un bâtiment moderne mitoyen à la maison est réalisé. Le centre de Consultation situé 21 avenue Pasteur est inauguré en 2001.

[1] Chaîne d’angle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cha%C3%AEnage

[2] Jambage : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=5251

[3] Linteau : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=5558
Le fait qu’il soit en plate-bande, signifie qu’il a une forme droite et horizontale

[4] Arc de décharge : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=495

[5] Géminée : https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9min%C3%A9_(architecture)

[6] Arc plein-cintre : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=516

[7] Œil-de-bœuf : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=6326

[8] Arc surbaissé : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=521

[9] Ancre : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=342


Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Contact

Archives municipales de Troyes
Hôtel de Ville
BP 767
10026 Troyes Cedex
03 25 42 34 35

Ecrire aux Archives municipales