Vous êtes ici :

Juin 2017

21 rue Argence

La maison située au 21 rue Argence date de la deuxième moitié du XIXème siècle.
Celle-ci est construite sur deux parcelles, dont la plus grande appartient à Monsieur TOULOUSE. Rachetée par Monsieur Joseph Simon Vulfranc MARIOTTE, propriétaire et ancien négociant, elle est regroupée au terrain limitrophe, ce qui lui permet d’y édifier une maison entre 1869 et 1872. Il y emménage avec sa femme Françoise Zulmée HONNET et leur fille Marie Gabrielle, née le 8 juin 1865 à Troyes.

Voir l'image en grand Parcelles 27 et 29 représentant la future propriété du 21 rue Argence. Plan à l’échelle 0,005 pm du plan de nivellement, première feuille. Dressé par les géomètres ROGER et VITU, le 31 décembre 1862. Papier entoilé, 430x74,4 cm. Cote archives 1O102 Bis 1 Voir l'image en grand Parcelles formant le 21 rue Argence une fois réunie. Plan à l’échelle 0,005 pm de la rue de la Porte Saint-Martin. Extrait du plan d’alignement de la partie intra-muros. Dressé par l’agent-voyer de la Ville de Troyes, le 31 janvier 1873. Toile, 189x31 cm. Cote archive 1O158

Le 7 avril 1885, Marie Gabrielle épouse Théodore Edmond BAILLOT. Né à Ervy-le-Châtel le 29 avril 1854, celui-ci vit à Saint-Phal, où il exerce la profession de clerc de notaire dès l’âge de 19 ans, puis notaire, avant de devenir adjoint au maire de la Ville de Troyes.
Ils habitent rue des Bas-Trévois lorsque que, sa femme et lui, héritent de la maison sise au 21 rue Argence. Cette propriété familiale est transmise en succession suite au décès de Joseph Simon Vulfranc MARIOTTE, survenu le 22 mars 1909. Ils sont cinq personnes à y emménager : Théodore Edmond, sa femme Marie Gabrielle, leur fils Raoul Jacques, né le 14 septembre 1890 à Troyes et alors âgé de 20 ans, ainsi que leurs deux domestiques.

Dès le 3 mai 1909, Théodore Edmond BAILLOT demande un nouvel alignement pour sa propriété et peut ainsi réaliser l’agrandissement de sa maison, dont l’accord favorable lui est donné par la mairie de Troyes. L’architecte Jean Félix BOUTON (voir biographie document du mois d’avril), peut alors commencer les travaux.

Voir l'image en grand Plan de la façade postérieure de la maison de Monsieur Baillot, située rue Argence. Anonyme, sans date. Calque, 35,6x45 cm. Cote archive 4O160 Voir l'image en grand Plan de la façade principale et latérale de la maison de Monsieur Baillot, située rue Argence. Anonyme, sans date. Calque, 56,4x47,5 cm. Cote archive 4O160

Les plans montrent des façades peu détaillées. Les quatorze ouvertures présentes sur la façade latérale et celle donnant sur la rue, ainsi que la porte d’entrée sont en arc surbaissé [1]. Deux lucarnes sont encastrées dans le toit, ce sont des lucarnes jacobines [2].
Sur les onze fenêtres présentes sur la façade postérieure, sept sont également en arc surbaissé ; les trois lucarnes du toit sont en forme de châssis à tabatière [3] et la plus grande fenêtre du rez-de-chaussée, correspondant à la véranda, est rectangulaire. La porte permettant d’accéder à la cour est également en arc surbaissé. Les trois soupiraux sur l’ensemble des façades de la maison indiquent la présence d’un sous-sol.

Le plan du rez-de-chaussée nous permet de voir que la maison est accessible grâce à sept marches amenant au perron. L’entrée est prolongée par le vestibule qui, à droite permet d’accéder à un bureau avec cheminée, ainsi qu’une première véranda à trois baies (qui se trouve en réalité être un oriel [4]) ; à gauche, c’est une grande salle à manger avec deux grande ouvertures qui est matérialisée. Celle-ci est prolongée en enfilade par un office puis par la cuisine à laquelle on accède depuis la cour par un escalier extérieur. Au bout du vestibule est aménagé le salon avec cheminée. Il s’agit de la seule pièce qui permet d’accéder à la seconde véranda, avec vue sur la cour.

Voir l'image en grand Plan du rez-de-chaussée pour l’agrandissement d'une maison rue Argence pour Monsieur Baillot. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 20 avril 1909. Papier, 35,7x52 cm. Cote archive 4O160 Voir l'image en grand Plan du premier étage pour l’agrandissement d'une maison rue Argence pour Monsieur Baillot. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 20 avril 1909. Papier, 37,7x53,6 cm. 4O160

Au premier étage, l’escalier central et l’antichambre permettent d’accéder aux deux chambres principales et à une chambre d’ami. Alors que celle-ci ne possède qu’une seule fenêtre avec vue sur le jardin, la première bénéficie d’un petit oriel, également à trois baies, donnant sur la rue ainsi qu’une fenêtre donnant sur le perron ; tandis que la deuxième chambre est pourvue de deux ouvertures jouissant d’un accès direct à un balcon-terrasse. Ces trois chambres sont toutes équipées de cheminées. Un dégagement donne également accès à trois pièces en enfilade : une salle pour la toilette, des WC et une salle de bain.
Le second étage, quant à lui, est directement aménagé sous les combles.

La description du plan de la façade permet de réaliser un comparatif avec la façade actuelle.
L’avant-corps rajouté est inspiré de l’Art Nouveau. En briques apparentes, sa façade est striée par la succession de bandes de briques beiges et rouges intercalées, ainsi que de deux bandeaux [5] unis en pierre. L’ensemble de la toiture est en ardoise. L’oriel du premier étage a une armature en bois – celle-ci est soutenue par une console [6] imposante en pierre sculptée placée en saillie sur la façade, qui donne à la fenêtre du rez-de-chaussée un aspect encastré et dont la forme est finalement en anse de panier [7] avec un double arc de décharge [8].
L’ensemble des fenêtres sur les façades côté rue respectent majoritairement les plans d’origine. La seconde fenêtre de la salle à manger possède un arc de décharge en briques incorporé dans un linteau [9] en pierre de taille. Toutes les autres ouvertures ont également un linteau et un arc de décharge avec une clé d’arc [10], le tout en pierre et sculpté en relief. Au toit de l’avant-corps, une grande lucarne est surmontée d’une seconde ouverture, une lucarne en arc plein-cintre [11]. La jonction entre les deux, formée d’un linteau et d’un arc de décharge en plate-bande[1] en pierre, est abondamment décorée.

La construction de la façade côté cour intérieure semble avoir été respectée. Cependant, les trois ouvertures du toit diffèrent légèrement du plan d’origine puisque les deux fenêtres aux extrémités sont des lucarnes jacobines et que celle située au centre est en châssis à tabatière.

De manière générale, la maison imaginée par Joseph Simon Vulfranc MARIOTTE et agrandie par Théodore Edmond BAILLOT semble correspondre à la construction existante.
Celui-ci, contrairement à son beau-père, ne décède pas dans la maison familiale mais à Ervy-le-Châtel, le 21 novembre 1921. Après son décès, sa femme part y vivre. Raoul Jacques BAILLOT, qui se marie à Troyes le 31 mai 1922 avec Marguerite Lucie CHARBONNIER, n’habite plus dans cette maison mais rue du Cirque (actuelle rue Louis Mony).

 


[1] Arc surbaissé : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=521

[2] Lucarne jacobine : http://www.archidictionary.com/index.php/Lucarne_jacobine

[3] Châssis à tabatière : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tabati%C3%A8re_(architecture)

[4] Oriel : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=6391

[5] Bandeau : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=866

[6] Console : https://fr.wikipedia.org/wiki/Console_(architecture)

[7] Arc en anse de panier : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=488

[8] Arc de décharge : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=495

[9] Linteau : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=5558

[10] Clé d’arc : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9_d%27arc

[11] Arc plein-cintre : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=516

 

Cotes archives : 1F38, 4Fi1282, 1K304, 1O102 bis 1, 1O158, 4O160, 1T1

Sources bibliographiques : HUMBERT Jean-Louis, Troyes. Bourgeoises & ouvrières. Maisons du XIXe siècle. Editions Sauvegarde et Avenir de Troyes, Troyes, 2005, 80 p.

 

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Contact

Archives municipales de Troyes
Hôtel de Ville
BP 767
10026 Troyes Cedex
03 25 42 34 35

Ecrire aux Archives municipales