Vous êtes ici :

Mai 2017

Villa Courtalon

Villa Courtalon et Villa Moderne constituent des rues anciennement privatives, formant un U à base carré, et bordées par un ensemble de maisons d’un style architectural uniforme.

L’ensemble se trouve dans un quartier industriel (typique du XIXe siècle), appelé quartier Bégand délimité par les rues Bégand et Courtalon, situé à côté de la gare pour des raisons pratiques de transport de matières premières et de produits finis. Les maisons des patrons se trouvent à côté des usines et celles des ouvriers un peu plus loin. Cependant, le petit îlot formé par les Villas Moderne et Courtalon regroupe majoritairement des classes sociales de moyenne et haute bourgeoisie, avec des familles de représentants et d’ingénieurs ainsi que des patrons d’usines industrielles.

Les terrains, compris à l’origine entre le n°8 et le n°18 rue Courtalon, ont été vendus par Henri Hervé VINOT, ancien négociant, le 21 avril 1896 et par Hyacinthe GOUGE, ancien fabricant de bonneterie, le 16 avril 1897. Acquis d’un côté par Alexandre Georges BONBON et de l’autre, par Gaston Anatole DELOSTAL, ces deux industriels, qui possèdent des usines de bonneterie à proximité, s’associent dès le 7 mai 1898, sous la forme d’une société, appelée Société Civile Bonbon-Delostal.

Messieurs BONBON et DELOSTAL projettent de diviser le terrain en divers lots et de les proposer à la vente au détail. A cet effet, un premier cahier des charges fixant les clauses et les conditions de vente est rédigé. Malheureusement, l’association des deux hommes prend fin le 11 septembre 1899 suite au décès d’Alexandre Georges BONBON, laissant Gaston Anatole DELOSTAL seul propriétaire des parcelles non vendues.
Un second cahier des charges, établi par Monsieur DELOSTAL et Madame AVELINE, son épouse, remplace le précédent, dès le 9 janvier 1900.

Né à Villenauxe le 26 octobre 1856, cet ancien employé de commerce devenu manufacturier, épouse à Troyes, le 18 janvier 1887, Marie Marguerite AVELINE, née à Plancy le 26 octobre 1866. Ils ont trois enfants, tous nés à Troyes : Marcel Louis Alexandre le 15 octobre 1887, André Pierre Victor le 14 janvier 1889 et Henri Gaston Marie né le 16 juillet 1897. Gaston Anatole DELOSTAL décède à Troyes le 31 octobre 1915, à son domicile rue Bégand.

Bien qu’il n’a jamais habité dans les maisons situées Villas Courtalon et Moderne, il a en fait construire plusieurs à son nom.
Les plans ont été réalisés par l’architecte Jean Félix Bouton (voir biographie document du mois d’avril) entre octobre et novembre 1908. Au nombre de neuf, ils concernent en réalité cinq maisons. La répartition se fait de la manière suivante : Quatre plans répartis entre les façades et les étages, pour une maison située dans le lotissement ; cinq plans permettent de visualiser les façades et la distribution des pièces de chaque étage pour trois maisons identiques. Enfin, deux plans de façades, pour la dernière bâtisse située à l’angle de la rue et de la Villa Courtalon.

Bien que les cinq maisons soient assez identifiables on remarque certaines ressemblances dans la trame de construction. On accède aux  maisons par un perron de plusieurs marches puis un vestibule. Toutes les ouvertures (portes et fenêtres) situées en façades au rez-de-chaussée et au premier étage sont en arc surbaissé[1]. Les lucarnes rampantes[2] et jacobines[3] aménagées au niveau des toits sont rectangulaires et les linteaux[4] sont en plate-bande. Seules les fenêtres du deuxième étage des façades ouest et principale pour la construction des trois maisons, sont également en plate-bande.

Voir l'image en grand Plan de la façade latérale et principale pour la construction d’une maison d’habitation, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Anonyme, sans date. Calque, 64x49 cm. Cote archive 4Fi578 Voir l'image en grand Plan de la façade postérieure pour la construction d’une maison d’habitation, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Anonyme, sans date. Calque, 35x44 cm. Cote archive 4Fi582

Voir l'image en grand Plan de la façade est et postérieure pour la construction de trois maisons, Villa Courtalon pour Monsieur Delostal. Anonyme, sans date. Calque, 64x49 cm. Cote archive 4Fi581

Voir l'image en grand Plan de la façade ouest et principale pour la construction de trois maisons, Villa Courtalon pour Monsieur Delostal. Anonyme, sans date. Calque, 62x49 cm. Cote archive 4Fi580

Voir l'image en grand Plan des façades située à l’angle de la Villa Courtalon et de la rue Courtalon pour la construction d’une maison, pour Monsieur Delostal. Anonyme, sans date. Calque, 68x58 cm. Cote archive 4Fi579

Voir l'image en grand Plan de la façade sur cour pour la construction d’une maison, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Anonyme, sans date. Calque, 38x57 cm. Cote archive 4Fi583

La distribution intérieure des pièces est similaire entre les diverses maisons, cependant, le modèle pour les trois maisons construites à l’identique est plus grand et bénéficie d’une pièce en plus par étage.

Ainsi au rez-de-chaussée se trouve la cuisine, la salle à manger, le salon et des WC, le tout aménagé autour du perron, du vestibule et de l’escalier central à deux quartiers tournants ; l’espace supplémentaire au sein des trois habitations est utilisé comme bureau, et un office accolé à la cuisine a été créé.

Voir l'image en grand Plan du rez-de-chaussée et du premier étage pour la construction d’une maison d’habitation, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 15 octobre 1908. Papier, 69x50 cm. Cote archive 4Fi584

Voir l'image en grand Plan du rez-de-chaussée pour la construction de villas, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 10 novembre 1908. Papier, 40x52 cm. Cote archive 4Fi585 Voir l'image en grand Plan du premier étage pour la construction de villas, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 10 novembre 1908. Papier, 40x52 cm. Cote archive 4Fi586

Au premier étage, trois chambres équipées de cheminées sont prévues pour loger les futures familles. Articulé autour de l’escalier central et de l’antichambre, l’étage comporte des WC sur le palier et une salle de toilettes. Une salle de bain et une salle pour une garde-robe sont agencées dans la surface additionnelle prévue pour les trois maisons.

Le deuxième et dernier étage se destine à accueillir à chaque fois deux greniers et une chambre avec une pièce réservée pour la toilette. Seule la maison d’habitation possède également un emplacement pour la garde-robe alors que les trois villas ont la salle de toilette qui sert également de bain et une chambre supplémentaire.

Voir l'image en grand Plan du deuxième étage pour la construction d’une maison d’habitation, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 20 octobre 1908. Papier, 34x39 cm. Cote archive 4Fi587 Voir l'image en grand Plan du deuxième étage pour la construction de villas, Villa Courtalon, pour Monsieur Delostal. Dressé par l’architecte Félix Bouton, le 10 novembre 1908. Papier, 39x51 cm. Cote archive 4Fi588

La présence d’un sous-sol pour chaque demeure est attestée grâce aux soupiraux visibles depuis les façades. On constate sur les plans la présence de canalisations d’eau et de gaz qui mènent probablement vers un calorifère (non matérialisé sur les plans), ce qui est très moderne pour cette époque.

Dès 1897 et 1899, Anatole Delostal fait installer l’eau courante sur les terrains qu’il acquiert avec son associé Georges Bonbon. Ce n’est qu’en 1909, une fois les voies Villas Moderne et Courtalon totalement construites, qu’il fait installer des canalisations et des appareils d’éclairage au gaz. Les deux réseaux sont notamment rachetés par la Ville de Troyes au début de l’année 1910.

Le 20 avril 1912, une délibération du Conseil municipal autorise l’incorporation de la Villa Courtalon dans la voirie urbaine publique. Seule la Villa Courtalon est concernée car son alignement est correctement effectué et que la circulation y est viable, contrairement à la Villa Moderne dont l’alignement n’est pas conforme. La Première guerre mondiale ayant considérablement retardé la procédure, la délibération du conseil n’est entérinée par arrêté préfectoral qu’à la date du 6 septembre 1923. La voie, d’une largeur de 10,30 mètres, prend naissance à partir du 16 rue Courtalon et abouti au tournant sur la voie toujours privée Villa Moderne. La chaussée de 4,30 mètres prévoit la circulation et le croisement de deux véhicules légers. Les véhicules industriels trop larges et trop lourds ne pouvant passer, l’intégration de la Villa Courtalon est donc soumise au fait qu’aucun bâtiment industriel se soit aménagé dans cet îlot. Cette incorporation dans le domaine public ne prend effet qu’en 1925, lors de la cession, par tous les propriétaires de la rue, de chaque portion de voie qu’ils possèdent, à la Ville de Troyes. Ce n’est qu’en 1981, que la Villa Moderne intègre, à son tour, la voirie publique.

En dehors de celle située à l’angle de la rue et de la Villa Courtalon, les autres maisons sont en réalité implantées Villa Moderne. Elles sont toutes construites en brique, en pierre et en bois. De légères modifications, ou du moins certains détails, sont visibles à la construction et non sur les plans d’origine. Les chaines d’angles, verticales et horizontales sont en briques rouges, certains balconnets ont une armature en bois plus développée que sur les plans d’origine et possèdent un petit toit. Chaque demeure possède une décoration qui lui est propre, soit avec des briques bleues ou encore avec des briques vernissées jaunes et vertes ainsi que des vitraux.


[1] Arc surbaissé : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=521

[2] Lucarne rampante : http://fr.archidictionary.com/index.php/Lucarne_rampante

[3] Lucarne jacobine : http://www.archidictionary.com/index.php/Lucarne_jacobine

[4] Linteau : http://www.editions-eyrolles.com/Dico-BTP/definition.html?id=5558
Le fait qu’il soit en plate-bande, signifie qu’il a une forme droite et horizontale

[5] Chaînes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cha%C3%AEnage

Cotes archives : 4Fi578, 4Fi579, 4Fi580, 4Fi581, 4Fi582, 4Fi583, 4Fi584, 4Fi585, 4Fi586, 4Fi587, 4Fi588, 1D124, 1O328, 1O329, 1O330

Sources bibliographiques : HUMBERT Jean-Louis, Troyes. Bourgeoises & ouvrières. Maisons du XIXe siècle. Editions Sauvegarde et Avenir de Troyes, Troyes, 2005, 80 p.

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Contact

Archives municipales de Troyes
Hôtel de Ville
BP 767
10026 Troyes Cedex
03 25 42 34 35

Ecrire aux Archives municipales