Vous êtes ici :

Avril 2015

Ecole de jeunes filles Louis Ulbach : rue Louis Ulbach

En 1826, l’établissement pour jeunes filles des Sœurs de Saint Vincent de Paul situé alors rue du Sauvage (actuellement rue Louis Ulbach) doit faire face à une hausse sensible de ses effectifs suite à la fermeture d’une école tenue par les religieuses de la congrégation de la Visitation dans le faubourg Croncels. Dès le début de l’année suivante, le problème du manque de place est évoqué et la nécessité de doter l’école d’une classe supplémentaire et d’un cellier s’impose. Un devis daté de février 1828 estime le coût des travaux à 5291,27 francs. En juin de la même année, un appel d’offre est lancé en vue de leur réalisation.

En 1883, l’espace fait une fois encore défaut. La troisième salle de classe, prévue initialement pour accueillir cinquante élèves, en reçoit en fait quatre-vingt quatorze, tandis que l’absence de préau couvert empêche les enfants de profiter d’une récréation en cas de mauvais temps. Un premier devis, établi le 25 août 1883 estime que la construction d’une salle supplémentaire et d’un préau coûterait 17 000 francs à la ville de Troyes. Toutefois, un second projet présenté au Conseil municipal le 21 septembre 1883 propose d’occuper les bâtiments de l’ancienne école de garçons, contiguës à l’établissement des Sœurs de Saint Vincent de Paul. Ce projet est arrêté le 19 mars 1884 par la Préfecture de l’Aube. L’annexion des nouveaux locaux et leur aménagement sont réalisés pour la somme de 6400 francs.

En dépit de la laïcisation de l’établissement en 1885, celui-ci reste à la charge des religieuses qui continuent d’y enseigner jusqu’en 1888, date à laquelle les bâtiments reviennent à la Ville. Malgré les aménagements successifs, la solidité des bâtiments, la distribution des salles de classe et l’hygiène laissent encore à désirer. La décision est prise en 1895 de prolonger la rue Jean Louis Delaporte en direction de la rue de Jargondis, provoquant la division du terrain sur lequel est établie l’école et la disparition de l’une des classes. Une partie du terrain est alors cédée aux Sœurs de Saint-Vincent de Paul pour la somme de 21 840 francs tandis que la Ville se trouve dans l‘obligation de reconstruire une nouvelle école dans la partie restante.

Avril 2015 : Projet Ecole UlbachVoir l'image en grand Plan d’élévation pour le projet d’une école de filles rue Louis Ulbach à l’échelle 0,01 pm. Dressé par Alexandre Vermot le 24 juin 1896. Feuille cartonnée, 69x48,4 cm. Non coté

 

Le projet est confié à l’architecte en chef de la Ville de Troyes, Alexandre Vermot (voir biographie dans le document du mois de janvier 2015) qui avait déjà ébauché un premier plan du futur établissement pour jeune filles en mars 1894. Le 24 juin 1896, en se basant sur ses premiers travaux, il réalise un nouveau plan pour une école de quatre classes de 52 m² chacune et d’une hauteur de 4 mètres sous plafond. Très vite, il est envisagé d’ajouter une cinquième classe et de porter ainsi l’effectif maximal théorique du futur établissement à deux cents élèves. En outre, l’école doit abriter un réfectoire, une cour, un préau couvert et les logements des enseignants. Il est par ailleurs proposé d’y installer un chauffage central par vapeur à basse pression pour des raisons de confort et d’hygiène qui, en dépit d’un coût initial estimé à 5000 francs, doit permettre de réaliser des économies par la suite. Après avis de la commission des bâtiments, le projet est adopté par le Conseil Municipal de Troyes aux séances des 1er août et 26 septembre 1896 puis arrêté définitivement par la Préfecture de l’Aube le 4 décembre 1896. Un premier devis chiffre le coût des travaux à 96 421,18 francs, une dépense imputée dans son intégralité au budget de la Ville, faute d’avoir obtenu la subvention réclamée au Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts.

La démolition des anciens bâtiments s’effectue durant les premiers mois de l’année 1897 avant de laisser place au chantier de construction. Les travaux s’achèvent en mars 1898 et l’établissement ouvre ses portes à la rentrée de Pâques, bien que le chauffage ne soit pas encore installé.

Avril 2015 : Plan Ecole UlbachVoir l'image en grand Plans de façade à l’échelle 0,02 pm et plans de coupes à l’échelle 0,05 pm de l’école de fille rue Louis Ulbach. Dressé par Alexandre Vermot le 14 janvier 1897. Feuille cartonnée, 102,2x68,7 cm. Non coté

 

Initialement prévu pour recevoir deux cents enfants, l’établissement pour jeunes filles de la rue Louis Ulbach en accueille en fait plus de deux cent quatre-vingts en 1904 et la fermeture d’une école privée religieuse voisine menace de voir ce chiffre s’accroître encore. Pour faire face à cette hausse des effectifs, il est décidé d’ouvrir une sixième classe.

Dans les années qui suivent, l’école fait l’objet de petits travaux de réaménagement et de réfection, notamment en 1908 et 1914. En 1938, une classe de fin d’études primaires est mise en place dans l’ancienne cantine et, au début des années 1940, les bâtiments sont raccordés au tout-à-l’égout.

En 1958, l’établissement qui est devenu une annexe de l’école maternelle du 14 Juillet est transféré à l’angle des rues Geoffroy de Villehardouin et Jean Louis Delaporte. Il faut ensuite attendre octobre 1968 pour que le bâtiment, jusque là désaffecté, soit investi brièvement par le nouvel Institut Universitaire de Technologie qui en déménage l’année suivante. A compter de 1979, une crèche ouvre ses portes au 26 rue Louis Ulbach, dans les locaux de l’ancienne école.

Cotes archives : 4M438, 4M440, 4M441, 4M444, 4M445, 4M447, 4M448, 4M452, 4M453, 4M454, 4M459, 4W25, 4W287, 4W311, 1D101

Sources bibliographiques : « Un institut universitaire de technologie à Troyes », Troyes 120 000, Troyes, juin 1972, p.7-9, AD39



Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Contact

Archives municipales de Troyes
Hôtel de Ville
BP 767
10026 Troyes Cedex
03 25 42 34 35

Ecrire aux Archives municipales