Vous êtes ici :

Février 2015

Lycée impérial, gymnase et chapelle, boulevard Gambetta

A peine dix ans après la création des lycées par Napoléon Ier en 1802, la Ville de Troyes fait sa première demande afin d’obtenir l’autorisation de fonder son propre établissement. Malheureusement par manque de place et de moyens financiers, cette requête se voit refusée par le Préfet. Ce n’est qu’une quarantaine d’année plus tard, le 28 juin 1853, que la Ville réitère son souhait.

Celui-ci est accordé le 10 août 1853, par décret impérial, signé par l’Empereur Napoléon III et le Ministre Secrétaire d’Etat de l’Instruction publique et des Cultes. Le collège peut devenir un lycée impérial. Dès lors, la mairie met tout en œuvre (devis estimatifs, plans et emprunts) pour concrétiser ce projet qui lui tient particulièrement à cœur et dont la réalisation, approuvée par délibération le 14 juillet 1854, débute rapidement.
Le coût des travaux de plus en plus onéreux et l’augmentation croissante de l’effectif des élèves et du personnel rendent le programme initial inadapté. En effet, le nombre de classes et de dortoirs est insuffisant pour accueillir les 175 élèves inscrits (150 élèves étant prévus au maximum). L’extension des bâtiments est envisagée du côté de la rue des Bûchettes (rue Claude Huez), puis par la rue Pithou et la place Saint-Remy, imposant dans ce cas leur fermeture, et enfin par la rue Maupeignée (actuellement supprimée, elle se situait entre la rue Général de Gaulle et la rue Claude Huez). Ces possibilités ont l’inconvénient d’alourdir les coûts liés aux diverses appropriations et acquisitions, et d’abandonner la construction de la Chapelle, l’église Saint-Remy pouvant servir pour l’office. Ceci provoqua le refus catégorique des paroissiens.

Le Conseil municipal décide le 9 février 1855 de choisir un autre emplacement et, pour se faire, une commission est mise en place le 11 mai 1855. Celle-ci est chargée d’étudier les emplacements potentiels et les plans de Monsieur Nicolas Louis Arsène Fléchey, architecte-voyer en chef. Né à Troyes le 9 janvier 1802, il travaille pour la ville de Troyes des années 1830 jusqu’au début des années 1860 et dirige d’importants chantiers comme la restauration d’églises, la démolition des remparts et la création des jardins publics qui les remplacent. Membre de la Société d’Agriculture, des Sciences, Arts et Belles-Lettres de l’Aube et membre de la Commission des Monuments Historiques, il fait principalement sa carrière à Troyes et y décède le 27 octobre 1886.

Le contexte local mouvementé contraint les conseillers municipaux à se réunir le 20 décembre 1856, pour discuter longuement du choix du lieu à affecter pour la construction du lycée impérial. Effectivement, l’annexion de la commune de Saint-Martin-Es-Vignes entrainant un agrandissement géographique du territoire, l’élection d’un nouveau conseil municipal refusant d’entériner les décisions prises précédemment, et l’opposition de la population sur le projet d’origine, bouleverse totalement celui-ci. Trois propositions sont alors à l’étude : le site sur la place Saint-Remy, l’ancien terrain des Jacobins devenu libre depuis le départ des Archives départementales, mais également la gare de Troyes, appelée l’Embarcadère, désaffectée depuis l’incendie du 19 février 1855.
Plusieurs critères, inscrits dans le décret impérial du 30 mai 1843 réglementant les lycées impériaux, sont à prendre en compte. Les bâtiments du lycée doivent être vastes, bien aérés, sans vis-à-vis, idéalement situés par rapport aux moyens de transport et de communication et doivent être éloignés de tous établissements insalubres, dangereux ou bruyants.
Au regard de toutes ces exigences, l’Embarcadère est le seul à correspondre et à recevoir l’approbation du Conseil de Salubrité. C’est ainsi qu’est adoptée la délibération du 20 décembre 1856 autorisant la Ville à obtenir de la Compagnie des Chemin de Fer de l’Est les 20 790 m² de terrain, extensible à 25 000 m² à travers les différentes acquisitions possibles aux alentours.

Fevrier 2015 - plan de masse Lycée impérialVoir l'image en grand Plan de masse du Lycée impérial. Calque, 60,5x50 cm. Non coté ac 4M30 Fevrier 2015 - façade Lycée impérialVoir l'image en grand Plan de la façade du Lycée impérial. Echelle 1/100. Calque sur feuille cartonnée, 70,5x27,5 cm. Non coté ac 4M10

Les nouveaux plans et devis sont validés par délibération le 4 août 1857.
Les locaux se composent donc d’un bâtiment administratif, d’un externat, d’un internat, de classes, de dortoirs, de logements pour le personnel, des commodités d’usage, d’une infirmerie, d’une lingerie, d’une cordonnerie, d’une chapelle, d’un gymnase et de cours avec préaux.

Fevrier 2015 - façade ChapelleVoir l'image en grand Plan de la façade principale à l’échelle 1/100 de la Chapelle du Lycée impérial. Calque sur feuille cartonnée, 70,5x27,5 cm. Non coté ac 4M10 Fevrier 2015 - gymnase Lycée impérialVoir l'image en grand Plan d’élévation et coupe transversale du gymnase du Lycée impérial. Dressé par l’architecte Fléchey le 20 décembre 1857. Calque sur feuille cartonnée, 55x31,5 cm. Non coté, ac 4M10

Les travaux ne sont pas totalement terminés, que le Ministre de l’Instruction publique et des Cultes demande dans sa lettre du 10 août 1861, de prévoir le déménagement d’une grande partie des élèves dans le nouvel édifice à la rentrée 1861. Des travaux d’extension et d’aménagements sont régulièrement entrepris dans les années 1870-1880 et au début du XXe siècle. Des travaux de réhabilitation sont également exécutés après chaque réquisition des locaux pendant les deux guerres mondiales. Laïcisé depuis 1905, le lycée devient, suite à une réforme du gouvernement en 1959, un Lycée d’Etat dès le début des années 1960. Il nécessite de nouveau des agrandissements et des travaux de rénovation. L’établissement scolaire est déserté de 1979 à 1996, date à laquelle il devient un espace culturel, l’Espace Argence, toujours d’actualité.

Pour plus de détail historique, vous pouvez vous référer au document du mois de février 2014

Cotes archives : Plans non cotés, 1D22, 1D23, 4M1, 4M3, 4M8, 4M11, 4M13, 1R269


Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Contact

Archives municipales de Troyes
Hôtel de Ville
BP 767
10026 Troyes Cedex
03 25 42 34 35

Ecrire aux Archives municipales